Ostéopathie

Pour qui ?

Pour les nourrissons :

– Dès l’accouchement

– A chaque grande étape du développement moteur (retournement, ramping, quatre-pattes, position assise, station debout et marche)

Pour les enfants :

– Dès que la marche est acquise il est bon de venir en prévention 1X/an

– Lorsqu’il y a eu une grosse chute (chute du trampoline, pendant les cours de gym, dans la cour de récréation …)

Pour les femmes qui ont le projet d’avoir un enfant.

Pour les femmes enceintes :

– Si douleur ou gêne pendant la grossesse

– Vers 8 mois de grossesse

– Juste après l’accouchement

– Si douleur ou gêne après la grossesse.

Pour tout le monde :

– en préventif

– en cas de douleur.

– en cas de chute

Ensuite il y a le temps de l’observation cinique. C’est lors de cette étape que nous pourrons, en lien avec les réponses aux questions, mettre en évidence les zones qui ne se sont pas adaptées correctement et qui sont en dysfonction.

Une fois ceci établi, nous commencerons à vous traiter par des méthodes douces. La prise en charge en ostéopathie se fait dans un esprit de globalité et utilise différentes techniques tel que le fonctionnel, le crânien et le viscéral.

Pour quoi ?

Lors d’une grossesse le corps de la maman subit d’énormes changements aussi bien physiques (ventre qui grossit, changement du centre de gravité du corps, modification du schéma corporel et de la statique…) qu’hormonales (laxité ligamentaire, stress, insomnies…).

Le bébé, pour sa part, doit grandir et se confiner dans un espace restreint. Il va devoir essayer de rester actif dans cet espace sans aller se bloquer dans les structures osseuses (côtes, os iliaques, pubis..) ou dans le cordon ombilical.

Une fois cette période de 9 mois passée, il reste encore une grosse étape : l’accouchement.

Pendant cette étape, le bébé va devoir se frayer un passage dans le bassin de sa maman sans y rester coincé.

Pour celle-ci, le bassin et le périnée sont mis en rude épreuve. Il est donc important de bien préparer ces zones et de les vérifier après l’accouchement.

Au cours du premier mois, il est recommandé que le nouveau-né soit examiné afin de s’assurer qu’il a bien vécu la grossesse, l’accouchement et les premiers jours de vie.

C’est d’autant plus conseillé si l’accouchement a été long, s’il a nécessité l’aide de ventouse ou forceps ou si le cordon était enroulé autour du cou.

Pour les nourrissons, l’ostéopathie peut aider votre bébé si :

– il a des difficultés à prendre le sein ou à avaler ou s’il y a apparition de crevasses persistantes au niveau des seins de la maman.

– Il tourne toujours la tête du même côté ou commence à avoir le crâne qui se déforme ou qui s’aplati :

– Il pleure tout le temps, est agité, a du mal à trouver le sommeil.

– Il jette la tête en arrière ou se cambre.

– Il se met toujours en position de virgule du même côté.

– Il utilise principalement un bras ou pleure à chaque fois qu’on l’habille.

– Il régurgite, a des coliques, le hoquet, des difficultés à faire des renvois, ne va pas bien à selles.

Pour les femmes qui ont le projet d’avoir un enfant, l’ostéopathie va avoir pour objectif de redonner de la mobilité à l’ensemble du corps et principalement au niveau du petit bassin afin que celui-ci retrouve une harmonie, une bonne irrigation et qu ‘il soit au mieux de ses capacités.

Pour les femmes enceintes, l’ostéopathie peut les aider lorsqu’elles ont :

– des lombalgies, sciatalgies (une prise en charge précoce permet de prévenir ces douleurs intenses de fin de grossesse)

– des douleurs au niveau du pubis (douleurs très basses), des côtes

– des douleurs ligamentaires et musculaires

– des maux de tête

– des nausées, du reflux gastrique, des troubles de digestions

– des tensions tissulaires toujours situées au même endroit dans le ventre ou dans le dos.

– Des insomnies.

– Des difficultés à respirer (essoufflement)

Comment ?

Une séance d’ostéopathie commence toujours par une anamnèse. Une série de questions concernant le motif de votre consultation et le déroulement des différentes étapes : la grossesse, l’accouchement, les moments après l’accouchement.

© Copyright La Lanterne